GP France 2017 : La sérénité radieuse de Papadakis/Cizeron

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron l’emportent avec la manière, au sommet de leur forme puisqu’ils améliorent de nouveau le meilleur score international. Madison Chock et Evan Bates conservent leur seconde place, devant Alexandra Stepanova et Ivan Bukin. Angélique Abachkina et Louis Thauron obtiennent une prometteuse sixième place, Lorenza Alessandrini et Pierre Souquet achevant la compétition au dixième rang.

 

 

Il est de nouveau difficile d’évoquer la performance de Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron sans cumuler les superlatifs, alors même que leur personnalité sur la glace s’exprime avec une forme de simplicité et d’évidence.  Leur chorégraphie sur la sonate au Clair de Lune de Beethoven, loin d’être une redite, représente une synthèse de ce qu’ils ont pu apporter au patinage, tout en conservant l’intensité et la singularité d’une première fois. Les éléments du programme semblent couler de source et l’expression d’une musicalité irrigue chaque geste, chaque posture. Ils conservent une légère marge de progression dans l’exécution technique, mais ce score exceptionnel est déjà un aboutissement et ils vont pouvoir se présenter à la finale du Grand Prix avec confiance et sérénité. Ce début de saison est évidemment loin d’être une garantie à l’approche des Jeux Olympiques, et l’opposition de style avec les Canadiens Virtue/Moir s’annonce de toute façon disputée. Mais Gabriella et Guillaume ont énormément prouvé au cours des dernières semaines, et ils ont tous les atouts pour envisager le titre à Pyeongchang.

 

 

Madison Chock et Evan Bates prennent la seconde place avec un retard supérieur à 20 points. Ils n’ont cependant pas démérité et se qualifient également pour la finale du Grand Prix. Leur marge de progression sur la note technique est importante en raison d’une erreur sur les twizzles, mais leur programme est cohérent dans sa composition et met en valeur leur patinage.

 

 

Alexandra Stepanova et Ivan Bukin, troisièmes, confirment un potentiel ainsi que leur capacité à progresser dans la hiérarchie des couples russes. Très fiables dans l’exécution, leur programme libre laisse cependant des regrets en raison d’un montage musical autour de « Liebestraum » abrupt et discutable.

 

 

Kaitlyn Weaver et Andrew Poje n’ont pas réussi à effacer leur déception de la veille, et cette quatrième place (à moins d’un point du podium) ne devrait pas leur permettre de participer à la finale. Malgré quelques approximations, ils ont cependant réalisé un programme très dense et intense dans sa dramaturgie, se réappropriant une chorégraphie (« Je suis malade ») qui avait marqué leur carrière il y a quelques années.

 

 

Charlène Guignard et Marco Fabbri, cinquièmes, confirment leur régularité au plus haut niveau et leur patinage a gagné en nuances, malgré des difficultés à apporter un regard neuf sur un thème musical (« Exogenesis Symphony Part III » de Muse) plusieurs fois utilisé récemment en compétition.

 

 

Angélique Abachkina et Louis Thauron prennent une sixième place très encourageante. Leur transition vers les seniors s’est effectuée sans accroc, et leur potentiel doit leur permettre d’espérer obtenir le second quota pour les Jeux (en concurrence avec Lauriault/Le Gac). Leur interprétation de « Je suis malade » est très contrastée par rapport au programme de Weaver/Poje, moins fiévreuse, plus délicate,  mais elle  met en valeur leur enthousiasme et une expressivité. Une qualité d’exécution leur permet de devancer de justesse Elliana Pogrebinsky et Alex Benoit, ainsi que Natalia Kaliszek et Maksym Spodyriev.

 

 

 

Alla Loboda et Pavel Drozd, neuvièmes, perdent deux places par rapport à la danse courte en raison d’une erreur sur la série de twizzles et confirment leurs difficultés actuelles au niveau senior. Lorenza Alessandrini et Pierre Souquet conservent leur dixième place, avec un programme intéressant dans sa structure, mais des approximations techniques ne leur permettent pas de rivaliser avec leurs concurrents même s’ils réalisent le meilleur score de leur carrière.

 

Leave a Reply