Masters 2017 – J3 – les titres messieurs pour Ponsart (senior) et Economidès (junior)

Victoire de Romain Ponsart chez les seniors messieurs, devant Adrien Tesson et Philip Warren. Luc Economidès s’impose en junior.

 

Romain Ponsart remporte cette édition 2017 des Masters, sur le thème de ‘This is your song’ du film ‘Moulin Rouge’. J’apprécie toujours autant sa glisse et sa netteté de patinage. Romain parvient de plus à plus à jouer sur les émotions et à emmener le public avec lui. Pour ce qui est de la technique, un programme convaincant : le premier quadruple n’est tourné en simple, mais le triple Axel qui suit ne lui pose aucun problème. Il retente le quadruple dans la deuxième partie de programme, sans trop de succès ; cela montre quand même sa condition physique, c’était courageux ! Sur la suite du programme, quatre autres triples et un double Axel, soit 6 blocs de sauts dans la zone bonus. Il manque juste deux combinaisons, mais ça, la suite de la saison y pourvoira !
J’avais à cœur de tenter deux quadruples aujourd’hui. Je travaille toujours le quadruple Salchow, mon but est de faire trois quads dans le libre aux championnats de France’.

Adrien Tesson, qui était à 5 points de Romain sur le court, est plus loin sur le libre (113.14 points, contre 137.97 pour Romain). Un petit blocage sur le triple Axel par deux fois (manque de rotation, et retournement ou chute), c’est peut sembler injuste à voir la fiabilité qu’a désormais Adrien sur cet élément. Il se reprend bien sur la combinaison triple Lutz-triple boucle piqué, mais la fin du programme est plus laborieuse avec des sauts non déclenchés. Ce que l’on retient surtout, c’est son interprétation de la musique de Amber Run, sur laquelle il s’exprime complètement.
Je choisis toujours mes musiques, j’ai toujours plein d’idées en tête. A la fin de la saison, j’en présente plusieurs, et avec mes coach et chorégraphe on retient celles qui font consensus. J’essaye toujours de trouver des musiques originales, et de ne pas utiliser celles qu’on entend encore et toujours’.

Philip Warren remonte d’une place pour terminer sur le podium avec 165.32 points. Très solide généralement sur son medley de Coldplay, entamé sur une version instrumentale de ‘Fix you’ suivi de ‘Viva la vida’. Il confirme bien le quadruple Salchow qu’on avait entrevu hier : il le place en entrée de programme ; le saut est sous rotation et chuté, mais quelle détente ! Deux triple Axel, le deuxième en deuxième partie de programme gratifié du bonus de 10%. Patineur léger et puissant, s’il arrive à faire un sans faute ça pourrait faire très mal ! Il maîtrise également le backflip, puisqu’il en place un au moment de sortir de glace.

 

Landry Lemay est moins en réussite que sur le cours sur ‘Nothing else matters’, beaucoup trop de sauts sont écorchés. Reste une grosse détente et un patinage prometteur. Joshua Rolls termine lui 5eme.

 

Côté junior, Luc Economidès l’emporte, mais sans la manière… au moins du côté technique. En effet, un peu trop d’imprécisions à la réception des sauts ou de chutes, notamment sur le triple Axel initial. En revanche, l’interprétation de son flamenco est très convaincante, Luc parvient véritablement à s’exprimer sur la glace, il devient artiste, chapeau pour les progrès réalisés.

Avec plus de 45 points d’avance, il devance Maxence Collet, lui aussi en indélicatesse avec certains de ses sauts, et Lotfi Sereir, qui remonte de la 5eme place du court pour terminer 2eme du libre et 3eme au final.
On notera également la remontée de Julien Donica (10eme du court, 4eme du long), et la jolie tentative de triple Axel de Vincent Mimault, avec une réelle amplitude.

 

 

Pour finir, signalons le gala de clôture de ces championnats, qui fût très agréable, et où certains patineurs se sont révélés sous un autre jour. C’était notamment le cas chez les hommes : Romain Ponsart, qui présente plutôt des programmes posés et chargés en émotion, était tout simplement explosif. Adrien Tesson se révèle être un très bon interprète, on sent qu’il a le bagage technique et le répertoire chorégraphique nécessaire pour faire ce qu’il veut sur la glace. Luc Economidès n’était pas en reste, et a présenté un programme très intéressant chorégraphiquement.
Merci !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *