Mondiaux 2017 : Virtue / Moir titrés sans la manière, Papadakis/Cizeron médaillés d’argent

 

Seconds du programme libre, Tessa Virtue et Scott Moir remportent tout de même un troisième titre mondial grâce à leur avance de la danse courte. Gabriella Papadakis et Guilllaume Cizeron obtiennent la médaille d’argent après une très belle prestation, récompensée par un nouveau score de référence. Maia et Alex Shibutani prennent la troisième place et complètent le podium.

 

 

Irréprochables techniquement sur la danse courte même si l’ampleur de l’écart au score était discutable, Tessa Virtue et Scott Moir n’ont pas montré un visage aussi serein sur la danse libre. Un déséquilibre de Scott Moir n’a finalement que peu de conséquences car il n’intervient pas au cours d’un élément, mais leur performance manque d’intensité dans son exécution malgré leur aisance et leur virtuosité. Si les anciens champions olympiques ont prouvé leur capacité à revenir au plus haut niveau, ils devront être plus ambitieux la saison prochaine pour conserver leur rang.

 

 

 

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont connu des moments délicats au cours des derniers mois. Après deux saisons presque idéales sur le plan des résultats, ils ont dû faire face à la concurrence de Virtue/Moir, désormais leurs partenaires d’entraînement, et ont parfois montré une fébrilité inhabituelle. S’ils peuvent avoir des regrets sur la danse courte, ils ont encore une fois tout donné sur un programme libre qui leur permet de terminer la saison sur une note largement positive. Cette médaille d’argent est déjà une très belle récompense et ils ont conservé la singularité de leur patinage, une exigence artistique et une aisance pour exprimer leur personnalité sur la glace, à l’unison.

Maia et Alex Shibutani prennent la troisième place du classement final, même s’ils ne sont que quatrièmes de la danse libre. Ils n’ont pas réussi à retrouver dans leurs programmes l’équilibre de la saison passée, mais leur fiabilité et leur aisance d’exécution sont des qualités suffisantes pour obtenir un troisième podium mondial.

 

 

Kaitlyn Weaver et Andrew Poje, souvent distancés cette saison alors qu’ils étaient des prétendants au titre mondial au cours des années précédentes, prennent une quatrième place plutôt satisfaisante. Si leur danse libre apparait trop scolaire, ils patinent avec davantage de confiance que lors des compétitions précédentes et peuvent encore être ambitieux pour la saison olympique.

 

 

Ekaterina Bobrova et Dmitri Soloviev prennent la troisième place de la danse libre et la cinquième place du classement final. Les écarts sont cependant très faibles puisque ils échouent à tout juste un point du podium. Les Russes ont effectué une compétition très solide et montrent qu’ils disposent encore d’une marge de progression malgré leur grande expérience internationale. Ils devancent Anna Cappellini et Luca Lanotte : les champions du monde 2014 sont eux-aussi habitués aux places d’honneur même s’ils ont des difficultés à renouveler leur patinage et leurs programmes.

 

 

Madison Chock et Evan Bates, quatrièmes après la danse courte, rétrogradent à la septième place du classement final. Leur programme est ambitieux mais ne convainc pas dans l’exécution, les patineurs américains ayant toujours des difficultés à affirmer un style et une personnalité. Ils devancent Piper Gilles et Paul Poirier, qui ont réalisé une solide performance sur une chorégraphie à priori moins audacieuse, mais tout aussi exigeante que celles des années précédentes.

 

 

Madison Hubbell et Zachary Donohue, troisièmes de la danse courte, avaient une occasion unique de monter sur un podium mondial. Malheureusement, ils ont connu une grande désillusion lorsque Zachary a chuté à l’entame des twizzles, entraînant une perte de points qui mettait fin à tous leurs espoirs. Peu habitués à patiner avec de tels enjeux, ils n’ont pas su gérer cette situation mais cela n’efface pas les résultats obtenus cette saison.

 

Alexandra Stepanova et Ivan Bukin complètent le top 10 : constants à ce niveau depuis quelques années, les anciens champions du monde junior déçoivent cependant car leur patinage manque encore de présence et de créativité. Ils devancent Charlène Guignard et Marco Fabbri, onzièmes, ainsi qu’Isabella Tobias et Ilia Tkachenko, douzièmes. Laurence Fournier-Beaudry et Nikolaj Sorensen prennent une treizième place plutôt encourageante, mais ils pouvaient espérer mieux et n’ont pas montré tout leur potentiel cette saison.

 

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *