Mondiaux 2017 : Yuzuru Hanyu retrouve les sommets et s’impose devant Shoma Uno

Grâce à programme libre exceptionnel et un nouveau meilleur score international, Yuzuru Hanyu remporte un second titre mondial. Le Japon réalise un formidable doublé avec une médaille d’argent pour Shoma Uno, alors que Boyang Jin complète le podium. Javier Fernandez, tenant du titre et premier du programme court, doit se contenter de la quatrième place. Chafik Besseghier prend la dix-septième place, en progrès par rapport à la saison passée et assure à la France un quota olympique.

 

 

Yuzuru Hanyu abordait la compétition avec une pression très forte, avec l’intention d’affirmer ses ambitions pour la saison prochaine où il tentera de conserver un titre olympique. Et malgré la déception du court, il a su sur ce programme libre faire face aux enjeux avec une prestation exceptionnellement aboutie, améliorant nettement le meilleur score international. Hanyu réalise ainsi quatre quadruples sauts, dont une combinaison quadruple-triple en seconde moitié de programme, ainsi que deux combinaisons avec triple Axel. Une concentration extrême lui permet de maîtriser l’ensemble des difficultés sans le moindre accroc, et de faire vivre sa chorégraphie avec beaucoup d’intensité et de présence. Désormais double champion du monde, Hanyu prouve qu’il a la capacité de rester au sommet de la hiérarchie internationale et efface les doutes rencontrés en compétition ces derniers mois.

 

 

 

Shoma Uno figure pour la première fois sur un podium mondial, mais peut regretter un triple Lutz à la réception approximative car il échoue à tout juste deux points d’Hanyu. En avance sur son compatriote sur le programme court, il réalise aussi un programme magistral avec quatre quadruples sauts et deux triples Axel en combinaison. La ferveur et l’expressivité de son patinage sont mises en valeur par une chorégraphie exigeante, et Shoma Uno montre lui aussi qu’il peut désormais viser un titre olympique. Si son potentiel est connu depuis plusieurs années, il démontre ses capacités à briller lors d’une compétition majeure et peut envisager l’avenir avec des objectifs élevés.

 

 

Comme en 2016, Boyang Jin crée une surprise relative en prenant la troisième place. S’il est nettement devancé sur la note de composantes par les patineurs japonais car ses lacunes artistiques, malgré des progrès notables, sont toujours présentes, il réussit une performance technique irréprochable en montrant son meilleur niveau au moment opportun. Comme Hanyu et Uno, il réalise quatre quadruples sauts et deux triples Axel et confirme sa capacité à briller dans les grands rendez-vous après une saison jusqu’à présent mitigée.

 

 

Javier Fernandez pouvait envisager un troisième titre consécutif suite à sa performance du programme court, mais il savait en patinant en dernière position sur ce libre qu’il n’avait pas droit à l’erreur. Si l’entame est idéale avec deux quadruples sauts (dont une combinaison quadruple-triple) et un triple Axel, une chute sur le second quadruple Salchow le déstabilise et il commet par la suite trop d’erreurs, avec un flip qui ne passe qu’en double et un retournement sur le triple boucle. La quatrième place, à moins de deux points du podium, est forcément pour lui une immense déception mais il aura à coeur de se projeter très vite vers la saison prochaine.

 

 

Patrick Chan, comme la saison passée, prend la cinquième place alors que le podium semblait aussi accessible. Il a tout donné sur le plan technique, en réalisant notamment une combinaison quadruple boucle piquée-triple boucle piquée et une quadruple Salchow, avant de retourner sa seconde tentative de quadruple boucle piquée. Légèrement en retrait, l’ancien champion du monde a en tout cas le mérite de prendre des risques tout en conservant son exceptionnelle qualité de glisse.

 

 

Nathan Chen espérait beaucoup de ses premiers championnats du Monde, et la sixième place est en résultat en demie-teinte. Mais il devait réaliser un sans-faute pour espérer une place sur le podium et deux chutes sur le quadruple Lutz et le quadruple Lutz mettent fin à ses espoirs, sa note de composantes étant encore insuffisante par rapport à des concurrents aux programmes plus équilibrés et aboutis. Sa marge de progression est très importante et Nathan Chen doit devenir un patineur plus complet pour enfin dévoiler tout son potentiel, sans se contenter d’exploits certes exceptionnels sur les sauts (il réussit tout de même quatre quadruples, sur six tentés au total sur ce libre).

 

Jason Brown n’a pas complètement retrouvé son meilleur niveau et chute d’entrée sur son unique tentative de quadruple, mais il se reprend très vite pour réaliser un programme remarquable par sa fluidité, son son exigence artistique et son apparente simplicité. Sa seule autre erreur est un triple boucle transformé en double, et il réussit notamment deux triples Axel et une combinaison triple-triple en toute fin de programme. Sa septième place permet en tout cas aux Etats-Unis d’obtenir un troisième quota pour la saison olympique, et il a montré qu’il restait un patineur à suivre, malgré ses lacunes et grâce aux nuances de expressivité intériorisée.

 

 

Mikhail Kolyada, huitième, n’a pas réussi à rééditer sa performance de la saison passée. Une chute sur le quadruple Lutz et un triple Axel non déclenché sont deux erreurs importantes et son patinage manque toujours de personnalité. Son compatriote Maxim Kovtun prend la onzième place suite à un programme comme souvent inégal, avec deux sauts (dont un quadruple) transformés en double, mais il a su rester combatif jusqu’au bout.

 

Kevin Reynolds, neuvième, retrouve sa place dans le top 10 mondial en ayant réussi un programme remarquable au niveau technique, réalisant lui aussi quatre quadruples sauts (malgré plusieurs sous-rotations). Il devance Alexei Bychenko, qui effectue une prestation relativement solide mais sans éclat.

 

 

Misha Ge, douzième, disputait sans doute ses derniers Mondiaux et termine sa saison sur une note positive. Il devance Moris Kvitelashvili, Deniss Vasiljevs et Brendan Kerry. Denis Ten, seizième, a perdu de nombreuses places au classement après une prestation bien trop fébrile et à oublier.

 

Chafik Besseghier n’a pas démérité et prend la dix-septième place, en ayant réussi deux quadruples sauts (boucle piquée et Salchow) et deux triples Axel en seconde moitié de programme. Malgré quelques approximations, il améliore son score international de référence et peut être satisfait de sa performance.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *