Mondiaux 2017 : Medvedeva euphorique, première médaille pour Osmond et Daleman !

 

Evgenia Medvedeva n’a pas tremblé et remporte un second titre consécutif en améliorant son meilleur score international. Kaetlyn Osmond et Gabrielle Daleman ont su faire face à la pression pour conserver leurs positions du programme court et apporter deux médailles au Canada. Laurine Lecavelier, dix-huitième, a montré un meilleur visage que sur le programme court et aura beaucoup appris de cette compétition. 

 

 

Evgenia Medvedeva abordait ce programme libre avec le statut de favorite, et elle n’a encore une fois jamais semblé douter au cours de sa performance. Elle n’a pas pris de risques techniquement mais l’exécution est maîtrisée de bout en bout, avec notamment deux combinaisons triple-triple et un triple Lutz, ce qui lui permet d’obtenir son meilleur score en carrière et de poursuivre une trajectoire ascendante alors qu’elle est au sommet de la hiérarchie mondiale depuis presque deux ans. Son patinage peut certes laisser à distance, avec une dimension parfois trop appliquée, trop mécanique, et un manque de maturité dans l’expression, mais elle n’a que 17 ans et s’impose grâce à ses immenses qualités actuelles. Il faut espérer qu’elle puisse progressivement évoluer et montrer davantage de personnalité sur la glace, sans trop subir la pression d’une concurrence russe toujours plus dense chaque saison.

 

 

Kaetlyn Osmond était particulièrement tendue au moment de se présenter sur la glace, mais elle a montré son meilleur visage en débutant avec deux remarquables combinaisons de sauts (triple flip-triple boucle piquée, double Axel-triple boucle piquée). Elle a ensuite tenu jusqu’au bout son programme, sans être déstabilisée par le fait d’avoir transformé un triple boucle en double. Si l’interprétation n’est pas aussi expressive que sur le court, elle a su mettre en valeur un potentiel souvent perturbé par des blessures au cours des dernières saisons. Pour Osmond, cette seconde place est un superbe accomplissement et elle pourra évidemment être ambitieuse pour la saison olympique.

 

 

Gabrielle Daleman, à l’image du programme court, a réalisé une performance de très haut niveau, avec tout juste un léger accroc à la réception de sa dernière séquence de sauts. La combinaison triple boucle piquée-triple boucle piquée d’entrée est toujours impressionnante et elle enchaîne ensuite les difficultés avec beaucoup de maîtrise et de confiance. Sa note technique est légèrement supérieure à celle d’Osmond mais elle est devancée sur la note de composantes et son programme manque par moments de nuances alors que « Rhapsody in Blue » est un choix musical particulièrement exigeant. Sa troisième place récompense cependant déjà une progression impressionnante par rapport aux saisons précédentes, et ce résultat permet au Canada, avec la manière d’obtenir trois quotas pour la saison olympique.

 

 

Karen Chen prend une quatrième place très satisfaisante pour sa première participation aux Mondiaux, même si elle n’a pu se mêler à la lutte pour le podium. Elle a proposé un programme très abouti sur le plan technique, avc notamment une combinaison triple Lutz-triple boucle piquée jusqu’à la dernière minute du programme, avant de chuter sur le second triple Lutz et de trébucher à la réception du double Axel. Son patinage est très fluide mais manque encore de personnalité, et cette place d’honneur est pour elle un tremplin vers des objectifs plus élevés. Son résultat permet aussi aux Etats-Unis de récupérer un troisième quota olympique.

Mai Mihara, très déçue de sa quinzième place du programme court, a effectuée une remontée spectaculaire pour prendre la cinquième place finale. Elle obtient la seconde note technique la plus élevée sur ce programme libre, avec une exécution sans-faute : elle débute par une combinaison limpide triple Lutz-triple boucle piquée et enchaîne les difficultés avec aisance (dont deux combinaisons difficiles en seconde moitié de programme). Son interprétation est aussi un peu scolaire, mais elle brille par son insouciance et sa capacité à réagir après l’échec du court montre son caractère.

 

 

Carolina Kostner remonte à la sixième place du classement, même si elle ne peut rivaliser techniquement avec ses concurrentes : la réception de sa combinaison triple boucle piquée-triple boucle piquée n’est pas irréprochable, elle ne déclenche pas un second triple boucle et ne tente pas de triple Lutz, mais sa qualité de glisse et la sensibilité de son patinage laissent encore une fois une forte impression. Sa gestuelle sur une chorégraphie très dense et intériorisée est remarquable de bout en bout et elle montre sa capacité à revenir au plus haut niveau pour sa treizième participation aux Mondiaux, avec la même exigence.

 

 

Ashley Wagner prend une septième place forcément décevante après sa médaille d’argent obtenue en 2016. A l’image de sa saison, elle n’a pas réussi à retrouver son meilleur niveau : plusieurs sauts sont en sous-rotation, elle ne réalise qu’une combinaison triple flip-simple boucle piquée et est sanctionnée d’une faute de carre sur le triple Lutz. Le potentiel de sa chorégraphie semble aussi loin d’être complètement exploité et Ashley aura à coeur de montrer un autre visage lors de la saison prochaine.

 

 

Maria Sotskova termine à une huitième place prometteuse pour ses premiers Mondiaux, même si son programme est relativement terne et répétitif dans sa chorégraphie. Très solide lors de la première moitié de programme et en réussite sur sa combinaison sur sa combinaison triple Lutz-triple boucle piquée, elle connait davantage de difficultés par la suite avec notamment un second triple Lutz chuté et dégradé. Sotskova devance de justesse au classement final Elizabet Tursynbaeva et Da-Bin Choi, qui complètent le top 10 en ayant réalisé deux programmes de référence dans leur carrière.

La onzième place de Wakaba Higuchi, bien plus fébrile que sur le programme court, ne permet pas au Japon d’obtenir un troisième quota olympique. Mariah Bell, troisième patineuse américaine, prend la douzième place au terme d’une prestation encourageante et proche de son meilleur niveau.

 

 

Anna Pogorilaya, si régulière cette saison, espérait figurer à nouveau sur le podium et la déception n’a été que plus forte. Elle ne déclenche pas le triple Lutz de sa combinaison initiale puis chute lourdement à trois reprises…elle se bat jusqu’au bout du programme mais s’effondre tant elle n’imaginait pas un tel échec. La compétition peut toujours être cruelle dans son issue, et Pogorilaya a vu revenir au plus mauvais moment une fragilité qui l’avait plusieurs fois pénalisé auparavant au cours de sa carrière. Elle devra cependant tirer des leçons de cette expérience négative et elle a évidemment la capacité de rebondir en vue de la saison prochaine.

 

 

Xiangning Li prend la quatorzième place grâce à une prestation relativement fiable techniquement, devant Loena Hendrickx et Rika Hongo, en difficulté avec de nombreuses déductions lors de la seconde partie de programme. Nicole Rajicova est dix-septième, devant Laurine Lecavelier qui a su se ressaisir après la frustration du court. Malgré une nouvelle chute sur sa combinaison triple Lutz-triple boucle piquée, elle réussit le triple flip, puis deux combinaisons ambitieuses en fin de programme (double Axel-triple boucle piquée, triple Lutz-torren-double Salchow). Laurine a montré beaucoup de caractère et a su profiter du moment avec davantage de sérénité dans son patinage. Par ailleurs, un quota olympique est assuré pour la France.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *