Mondiaux 2017, danse courte : les canadiens Virtue/Moir largement devant Papadakis/Cizeron et Hubbell/Donohue.

Compétition au résultat très surprenant que cette danse courte… On peut annoncer sans l’ombre d’un doute que Tessa Virtue et Scott Moir sont déjà champions du monde, tant ils ont d’avance sur Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, aux notes quelque peu discutables (?), et Madison Hubbell et Zachary Donohue qui pulvérisent leur meilleur score.

 

Intouchables cette saison, Tessa Virtue et Scott Moir remportent de manière indiscutable la danse courte. Au niveau des notes c’est simple, tout est au niveau maximum. Les 9 juges leur donnent des notes d’exécution énormes, les patineurs canadiens ne reçoivent que trois ‘1’ sur un total de 45 appréciations, ce qui leur permet d’améliorer leur note technique de base, déjà la meilleure de la journée, de plus de 10 points. Du grand art donc, et avec la manière ! Très impliqués sur la musique de Prince, Scott notamment est très expressif. Rapides, précis, propres, ils étaient attendus et n’ont pas démérité ! Avec 82.43 points, ils prennent tellement d’avance (plus de 5 points et demi) que le titre est déjà dans la poche.
‘C’est vraiment super d’être de retour aux championnats du monde. On est revenu à la compétition car on pense qu’on a encore beaucoup à offrir. On patine ensemble depuis 20 ans maintenant, il nous fallait de nouveaux challenges. A l’entraînement à Montréal avec Marie-France Dubreuil, Patrice Lauzon et Romain Haguenauer, on apprend encore tous les jours ! On a revu quasiment tout de notre technique, même la base comme les croisés, on a deux décennies d’habitude à perdre !’

 

Deuxième avec 76.89 points, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont encore une fois cette saison commis de petites erreurs sur la danse courte. Aujourd’hui c’est sur les twizzles ou Guillaume fait un tour de moins que Gabriella. Le panel technique a d’ailleurs beaucoup modifié leur niveau d’exécution, le niveau des twizzles est passé de 4 à 3 (Guillaume s’est coupé la main droite entre l’index et le majeur en essayent d’attraper sa lame sur les twizzles, ce qui a nécessité deux points de suture, mais rien de grave). Dans la même veine, la réalisation de la partie ‘blues’ imposée est descendu jusqu’à 3YTY (Y = Yes, T = Tangent, sur les parties précises que les juges évaluent sur les pas imposés) avant de remonter à 4YYY (niveau maximum), les séquences de pas sont niveau 3. Assez étrange, alors que pour les autres patineurs des derniers groupes, les niveaux sont restés très stables. S’ils sont en retrait sur la note technique, ils font jeu égal avec Tessa et Scott sur les composantes. Bref, après tout ce ne sont que des obligations techniques, leur patinage est tellement différent, coulé, quasiment inné, quelle sûreté dans les carres, quel relâchement dans le haut du corps ! Le blues est un vrai blues, pas une musique ramenée au bon tempo, et le lindy hop une vrai réussite, le programme passe bien trop vite.
‘On est venu sur ce championnat en se disant qu’on n’avait rien à perdre. On est content de notre danse, même avec les petites erreurs. Depuis les championnats d’Europe, on n’a pas fait de gros changements sur nos programmes, on s’est surtout efforcé de les travailler encore plus à fond’.

 

Grosse surprise, Madison Hubbell et Zachary Donohue prennent la troisième place provisoire avec 76.53 points en explosant leur meilleur score de la saison de près de trois points. Très joli patinage, dynamique et rapide, leur technique est très assurée. Personnellement, je trouve leurs choix musicaux assez moyens entre le ‘Feeling Good’ qui est le nouveau ‘Carmen’ tant il est utilisé et un pot-pourri des succès commerciaux des années 90 (dont le ‘Ice ice baby’… est-ce vraiment du hip-hop ?). Certains mouvements sont très bien sentis, d’autres tombent carrément à plat. Ils se sont cherché sur cette danse courte et beaucoup retravaillé ce programme avec leur entraîneur, ça a fini par payer au niveau des juges. Beau travail, j’attends d’être pleinement convaincu demain.
‘‘C’est vrai, on a fait pas mal de changement sur la danse courte, ce bon résultat est avant tout le travail de nos formidables entraîneur. On est très content que ça paye ! Notre manière de voir les choses a beaucoup changé, on vient sur chaque compétition en se disant qu’on peut gagner, que tout est possible. La danse libre demain sera la dernière de la saison, on n’a pas d’objectif précis, simplement être à fond dans notre patinage ; pour nous et tout notre équipe.’

 

Madison Chock et Evan Bates prennent la 4eme place avec 76.25 points. Vous avez bien lu, les places 2, 3 et 4 sont dans un mouchoir de poche ! Leur blues est tonique sur une musique ‘rock ‘n roll’, ils récoltent de très bons niveaux. Une fois n’est pas coutume, ils ont réussi à me convaincre sur la partie hip-hop. D’habitude très expressifs, limite un peu trop exubérants, ils ont patiné leur deuxième partie de programme de manière assez coulée, pour une interprétation du hip-hop presque en douceur. Chapeau.
‘C’est vraiment notre meilleur niveau, il faut tenir la saison et être au meilleur de notre forme pour les Mondes, c’est qu’on a réussi à faire ! On est impatient de patiner notre libre, il est signé Christopher Dean, on y met beaucoup de notre cœur et de notre âme’.

 

Bizarre bizarre, Maia et Alex Shibutani sont reconnus pour leur technique incroyable, et c’est ce qui les pénalise aujourd’hui. Leur séquence de pas ne récolte qu’un niveau 2, ce sont 3 points qui s’envolent par rapport à un niveau 4, alors qu’ils font jeu égal avec Madison et Evan sur les composantes. Cherchez bien dans leur programme, vous ne trouverez aucun moment où Maia et Alex ne sont pas synchrones. Leur hip-hop pourrait éventuellement avoir un peu plus de peps, leurs costumes noirs sont un peu tristes, mais c’était la couleur des tenues du dernier groupe. Avec 74.88 points ils semblent déjà un peu en retrait, alors que podium semblait leur tendre les bras vue leur excellente saison. Tout se jouera demain (mais le podium n’a malheureusement que trois marches…).
‘Un peu déçu pas les notes, tous les niveaux ne sont pas au rendez-vous, ce n’est pas toujours évident de comprendre les juges. On attend demain avec impatience, on aime vraiment beaucoup notre danse libre’.

 

Kaitlyn Weaver et Andrew Pojé sont eux 6eme avec 74.84 points, soit 4 centièmes des Shibutani. Ils partagent la même première musique que les français Lauriault-Le Gac (version blues de ‘the way you make me feel’) et enchaînent sur un medley de Michael Jackson. Ils battent leur meilleur score de plus d’un point.
‘Cette saison on veut apprendre de nos points forts et de nos faiblesses, pour être plus fort la saison prochaine. On engrange beaucoup d’expériences, et si on peut grappiller des points en cours de route, c’est du bonus.’

 

Les italiens Anna Cappellini et Luca Lanotte sont déjà loin, 7eme avec 73.70 points. Les niveaux techniques sont excellents mais la réalisation est jugée moins bonne que celle de leur concurrents. Leur ‘tchou tchou’ boogie nous ramène dans les années 60, thème qu’il interprètent avec conviction.
‘On s’est bien amusé ! On est content de notre programme, on voulait lui rendre honneur une dernière fois. Cette saison a été assez dure pour nous, nous n’avons pas atteint nos objectifs, on a d’autant plus à cœur de mieux faire la saison prochaine’.

 

Ekaterina Bobrova et Dmitri Soloviev sont juste derrière avec 73.54 points (quasiment 3 points en dessous de leur meilleur score). Ils récoltent eux aussi de bons niveaux, sauf sur la suite de pas qui n’est que de niveau 2, les juges n’étant pas convaincus non plus par le premier keypoint de leur blues.
‘On s’est senti très bien sur la glace, comme si on volait ! Il faudra éplucher les notes, on est assez déçu de ce côté-là, c’est nettement en dessous des Europes. C’est quand bien de retrouver les championnats du monde après trois ans. Demain on va tout faire pour patiner au mieux notre danse libre pour montrer tout ce dont on est capable.’

 

Après le blues imposé, le disco de Piper Gilles et Paul Poirier a enflammé la patinoire ! Technique très sûre, un peu en dessous sur la réalisation et l’interprétation, les canadiens sont 9eme avec 72.83 points. Dites adieu à la moustache de Paul, elle aura disparu demain !
‘Sur nos costumes, on a recherché avant tout l’authenticité pour qu’ils soient pris au sérieux le plus possible. Cette danse courte, on a eu tendance à la surjouer, aujourd’hui on a surtout voulu profiter du moment pour notre dernière sortie, et c’est ce qu’on a fait. On est fier de notre saison.’

 

Le top 10 est complété par Alexandra Stepanova et Ivan Bukin avec 69.07 points. Là encore la technique est assurée (sauf la suite de pas, décidément, encore un niveau 2), reste à affiner la précision de la réalisation.
‘Le public est super ici, on a vu beaucoup de drapeaux russes ça nous a beaucoup inspiré. On ne pense pas au résultat, on veut avant tout profiter de nos programmes, et rendre nos entraîneurs heureux’.

 

Les autres français engagés ne passent malheureusement pas le cut pour la danse libre : Marie-Jade Lauriault et Romain Le Gac sont les premiers non qualifiés à la 21 place, Lorenza Alessandrini et Pierre Souquet sont 28eme.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *