Mondiaux 2017 : podium inchangé, l’or est pour Sui/Han !

 

Compétition assez incroyable que ces championnats du monde, qui voit la victoire des Chinois Sui/Han devant les Allemands Savchenko/Massot et les Russes Tarasova/Morozov.

Les chinois Wenjing Sui et Cong Han avaient moins d’un point et demi d’avance sur le court, ils devaient tout donner sur le libre… et c’est ce qu’ils ont fait, puisqu’ils remportent le programme long avec 150.83 points et 232.06 points au total. Tout s’est joué sur la note technique, qui est à leur avantage malgré la chute de Wenjing sur le triple Salchow parallèle. Leur note de base est la plus élevée de la soirée et ils empochent un bonus de 15 points sur l’exécution. Patinage pur, chorégraphie sobre et prenante sur les notes de ‘Bridge over trouble water’, ils commencent par exemple avec simplement des croisés arrière, qui vont s’agrandissant jusqu’au quadruple Twist. Pas de fioritures donc, mais beaucoup de ressenti et d’émotions, ils restent longuement dans les bras l’un de l’autre après la toute dernière note de leur programme. Malgré une saison tronquée, ils s’affichent désormais comme de sérieux candidats pour la médaille olympique, sachant qu’ils en ont encore sous le pied : Cong avait précisé, avant les opérations de Wenjing, qu’ils pourraient y avoir plusieurs quadruples dans leur programme. A suivre de très près l’année prochaine !

 

Quelques tous petits riens… ce n’est pas passé loin pour Aliona Savchenko et Bruno Massot, ils sont à 150.46 points sur le libre et 230.30 au final. Et à voir la réaction enthousiaste de Bruno à la fin de son programme, il pensait sûrement à l’or… Il faut dire qu’il nous ont régalé d’un petit bijou dans la pure tradition des couples allemands, tradition initiée par Woetzel/Steuer : le thème musical unique tout le long du programme, aujourd’hui sur ‘Lighthouse’ de Patrick Watson. Patinage tout en finesse, Bruno a clairement rattrapé Aliona et ils forment un véritable couple sur la glace, que l’on regarde avec beaucoup de plaisir. Les réceptions des sauts lancés sont sur deux pieds, et c’est peut-être là que tout se joue (mais la blessure d’Aliona est encore récente) : note technique légèrement inférieure, et bonus de réalisation (les fameux ‘grades of execution’ ou ‘GOE’) ne leur font gagner ‘que’ 14 points. Ils tentent pourtant le triple Axel lancé, et le triple Salchow a tellement d’ampleur qu’on pouvait croire Aliona partie pour le quadruple. Ils peuvent encore grapiller des points sur les sauts parallèles, leur première séquence triple-double peut tout à fait être triple-triple. L’émotion était peut-être plus palpable aux championnats d’Europe, où ils n’avaient pas sorti le triple Axel, mais à voir le niveau de la concurrence, il faut qu’ils jouent leur carte et tentent les difficultés maximales. La note des composantes est néanmoins logiquement de leur côté. Sans blessure et en pleine confiance, ils pourraient faire très mal l’année prochaine…

 

Etincellants, Evgenia Tarassova et Vladimir Morozov ! Avec la blessure toute récente d’Evgenia, quelques approximations n’auraient pas été surprenantes… ils ont pourtant tout tenu, tout réalisé, et patiné au maximum de leurs possibilités. Aucun regret ! Ils tentent même le quadruple Twist, un peu écrasé à la réception ; les sauts lancés sont eux très amples et glissés. Certes, le choix musical de ‘Music was my first love’ date un peu (beaucoup), ils arrivent à bien s’en tirer et à mieux vendre le programme qu’en début de saison. Les juges ne les placent que 4eme du programme libre mais leur avant du court leur permet d’empocher le bronze mondial avec 219.03 points.

 

Xiaoyu Yu et Hao Zhang, l’essence du patinage ‘doux et délicat’, alors que ce n’est pas forcément gagné vu la carrure athlétique de monsieur. La magie opère principalement grâce à l’implication de Xiaoyu, mais personnellement je ne suis pas loin de ne pas y croire, et de ne voir qu’un programme où les éléments s’enchaînent les uns après les autres. Ils ne patinent pas depuis si longtemps ensemble, la saison olympique qui s’annonce devrait être leur but ultime (les chinois auront trois couples). Il faudra absolument muscler les sauts parallèles car Xiaoyu a escamoté la combinaison, en sous-rotation, et ils ne présentent que le double Axel comme deuxième saut. Ils terminent au pied du podium avec 211.51 points.

 

Quasi parfaits et 4eme du libre, résultat satisfaisant pour Xsenia Stolbova et Fedor Klimov, il manque juste un double boucle piqué à Xsenia sur la combinaison triple-triple (oui, vous lisez bien, combinaison triple-triple), et Fedor a laissé une petite main sur le triple Salchow. Les puristes reprocheront éventuellement le placement de deux portés et des deux triples sauts lancés, qui se terminent chacun exactement au même endroit sur la glace. ‘Après la pluie’ est un thème au niveau de leur talent : chorégraphie recherchée et gestuelle contemporaine, ça change de l’éternel classicisme russe poussé à l’extrême. Un très joli programme qui leur rapporte 206.72 points et les place 5eme. Avec le regret de se demander quelle place finale ils auraient pu obtenir s’ils n’avait pas manqué le court.

 

Liubov Ilyushechkina et Dylan Moscovitch : quand un programme romantique est patiné avec vitesse et envie, ça marche ! ‘When you say you love me’ pourrait être sirupeux à souhait, mais quand ils le patinent de cette façon ils réussissent à nous emmener avec eux, on y croit ! Bons sauts lancés, petites imprécisions sur les sauts individuels, Liubov a trouvé un bon partenaire en la personne de Dylan, très bon porteur, tous leurs portés sont de niveau 4. Très belle 6eme place, avec 206.19 points (et le meilleur couple canadien !).

 

Pas la compétition de l’année pour Meagan Duhamel et Eric Radford… Eric est blessé, ce qui n’arrange rien, ils ont tenu leur programme ce dont on ne peut qu’être admiratif. Mais dieu que ce fut mou… quadruple Salchow chuté, pointe qui touche la glace sur le Lutz lancé, la version de Patricia Kaas de ‘Je ne regrette rien’ n’est peut-être pas le meilleur choix plus eux, ils sont tellement meilleurs dans les musiques plus rapides. Il est temps de récupérer comme il faut et de se soigner, et de les retrouver (avec plaisir pour ma part) la saison prochaine, à leur meilleur niveau. Ils sont 7eme avec 206.06 points, et qualifient grâce au résultat de leur compatriote à qualifier trois couples pour les prochains mondiaux… et pour les JO.

 

Vanessa James et Morgan Ciprès n’ont malheureusement pas répété leur superbe performance des championnats d’Europe. Leur version de ‘sound of silence’ est un excellent choix, le triple Twist d’entrée est superbe et reçoit un niveau 3 (une revanche sur hier !). Le reste du programme est en dent de scie : d’un côté très belle combinaison triple-double-double, pirouette parallèle bien synchronisée, de l’autre chute sur quadruple Sachow lancé et Salchow parallèle avorté par Vanessa. A noter que tous les éléments non-sauts sont de niveaux 4, hormis la pirouette de couple finale (niveau 3). Vanessa et Morgan auront tout de même accomplis énormément de progrès cette année ; ces championnats du monde ne sont peut-être pas au niveau de leurs espérances, mais ils n’ont pas rougir de leurs prestations, qui laissent de grands espoirs pour les prochaines échéances. 206.68 points, ils remontent de deux places pour terminer 8eme (6eme du libre).

 

Valentina Marchei et Ondrej Hotarek, un libre endiablé ! Mélange d’Adèle avec ‘Skyfall’ et de ‘Mission impossible’, les patineurs italiens sont dans la glace. Ils intégrent le top 10 mondial avec une jolie 9eme place (203.92 points). Aucune erreur majeure, de très bons niveaux sur les portés et les pirouettes, ils finissent l’année sur une très bonne note. Notons toutefois que même avec un sans-faute, ils restent derrière nos français, alors qu’il n’y a que quelques saisons ils étaient quasiment aux mêmes points, preuve indirecte des progrès tricolores.

 

Alexa Simeca-Knierim et Chris Knierim, romantiques à souhait sur la bande originale de ‘Ghost’, ont patiner propre, si on oublie la petite mimine d’Alexa sur le triple Salchow lancé, avec une technique sûre et de belles lignes, j’aurai aimé plus de vitesse. Malgré tout, un bon retour au plus haut niveau, ils sont 10eme (202.37 points).

 

Julianne Seguin et Charlie Bilodeau font un très bon retour au plus haut niveau. Leur libre est tout simplement parfait, aucune erreur, les éléments sont pilés avec la musique, la chorégraphie du tandem Dubreuil-Lauzon est bien interprétée… mais je me suis ennuyé. Affaire de goût sûrement ! Ils terminent 11eme avec 198.21 points.

 

Le programme de Natalia Zabiaako et Alexander Enbert, sur la version de Michael Bublé de ‘Cry me a river’, est loin d’être passionnant… Les troisièmes patineurs russes ont fait le programme dont ils sont capables, y compris la chute sur le Salchow parallèle qu’ils présentent toujours et ne réussissent quasiment jamais, et un ‘simple’ double Axel lancé. Leurs sauts sont en sous-rotation, et la spirale de la mort ainsi que le premier porté n’ont que le niveau de base. Nina Mozer devra apporter des corrections rapidement, car la relève russe n’est vraiment pas loin et la compétition risque d’être féroce la saison prochaine pour les places européennes et mondiales. Ils sont pourtant capable du meilleur, leur pirouette de couple et leurs derniers portés sont de niveau 4. Ils passent de la 5eme place du court à la 12eme place finale avec 192.54 points.

 

Pas très en réussite, Nicole Della Monica et Matteo Guarise, 13eme avec 192.02 points. Ils semblent être retombés dans leurs travers avec trop de fébrilité sur les sauts individuels, Nicole ne faisant que des doubles. Par contre, ils sont beaucoup plus réguliers sur les sauts lancés. Un peu de dépoussiérage musical pourrait leur faire le plus grand bien, c’est un couple que j’aime beaucoup, ils ont énormément de qualités qui pourraient être mieux exploitées.

 

14eme, Anna Duskova et Martin Bidar sont plus loin derrière avec 179.70 points. Saison très solide pour le couple tchèque, ils ont assez efficacement géré la transition junior – senior. Beaucoup d’atouts dans leur jeu, basé sur une technique sure comme sur le boucle piqué par exemple. Plus d’originalité dans les choix musicaux sur le court et sur le libre serait souhaitable…

 

Les patineurs nord coréens Tae Ok Ryom / Ju Sik Kim sont solides, leurs triples sauts lancés sont efficaces, il leur manque par contre de la difficulté sur les sauts individuels : elle chute sur triple boucle piqué, et ils ne présentent qu’une combinaison de trois double sauts (lui ne fait que double-simple-simple). Patinage un peu junior, mais de réelles qualités. Dommage qu’on ne les voit pas plus souvent, ils viennent chercher ici la qualification pour les JO, ces mondiaux sont une de leurs rares sorties. Ils sont 15eme avec 169.65 points.

 

Ekaterina Alexandrovskaya et Harley Windsor, les tous récents champions du monde junior pour l’Australie, sont avant tout venus pour acquérir de l’expérience. Assez solides sur l’ensemble de la compétition, ils terminent 16eme (et derniers, donc) avec 164.10 points. Leur libre est un peu en dedans, Ekaterina retourne le triple flip lancé, et ils chutent tous les deux sur le triple boucle piqué. Un peu plus de vitesse, d’ampleur et d’ambition dans le choix musical, et ils pourraient intégrer les meilleures places assez rapidement.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *