Mondiaux 2017 : Fernandez vire en tête à l’issue d’un programme court mémorable

 

Javier Fernandez a su faire face à la pression d’une concurrence ambitieuse pour présenter un programme irréprochable, et la perspective d’un troisième titre consécutif est plus que jamais envisageable. Rien n’est cependant joué pour le titre, ni pour le podium : Shoma Uno prend la seconde place provisoire, devant l’ancien champion du monde Patrick Chan. Yuzuru Hanyu et Nathan Chen sont plus loin mais leurs espoirs restent intacts. Chafik Besseghier n’a pas démérité et prend la dix-septième place.

 

 

Javier Fernandez patine son programme court sur « Malaguena » depuis la saison dernière et cette chorégraphie ne laisse plus de place à l’étonnement, mais il a su retrouver au meilleur moment une intensité artistique et une ferveur expressive pour s’emparer avec la manière de la première place. Décevant lors de la finale du Grand Prix, encore assez loin de son meilleur niveau aux championnats d’Europe, le patineur espagnol a montré que son expérience restait avant tout un atout face à concurrence impressionnante. La combinaison quadruple boucle-piquée-triple boucle piquée est limpide, tout comme le quadruple Salchow et le triple Axel passe également sans la moindre hésitation. Il devra confirmer sur le programme libre où la pression sera encore plus forte, notamment au niveau de l’exigence technique, mais un nouveau titre mondial est largement accessible.

 

 

Shoma Uno concrétise au plus haut niveau les espoirs placés en lui, et peut espérer faire bien mieux que la septième place obtenue en 2016. Il a parfois été irrégulier cette saison sur le court mais il a lui aussi su répondre présent au meilleur moment : le quadruple flip d’entrée est impeccable, et il ne se déconcentre pas pour enchaîner avec une combinaison quadruple boucle piquée-triple boucle piquée et un triple Axel. Et malgré son allure encore juvénile, son patinage est déjà très affirmé et expressif, même si son interprétation semble davantage sur la retenue par rapport à son programme libre. Si le titre mondial est envisageable, un podium serait déjà exceptionnel et il lui faudra réaliser une prestation aussi aboutie pour conserver sa position.

 

 

Patrick Chan complète le podium provisoire et peut également être réjoui de sa performance. Il ne rivalise plus techniquement avec ses principaux concurrents, et ne réalise qu’un seul quadruple saut (combinaison quadruple boucle piquée-triple boucle piquée). Mais sa prestation est maîtrisée de bout en bout, avec un triple Axel, un triple Lutz, et des éléments qui s’enchaînent avec une impression constante de fluidité et d’aisance. Un retour sur le podium mondial (pour la première fois depuis son dernier titre en 2013) est à sa portée même si le programme libre constituera un défi important. En tout cas, Patrick Chan montre qu’il reste un formidable compétiteur en toutes circonstances.

 

 

Boyang Jin réussit une performance de référence alors que sa saison était jusqu’à présent en demie-teinte. Il est toujours en retrait sur la note de composantes mais a beaucoup progressé dans l’interprétation, avec une lecture euphorique et amusée de « Spiderman ». Un résultat comparable à la 3ème place de la saison passée est envisageable, même s’il devra logiquement prendre des risques techniquement.

 

 

Yuzuru Hanyu peut logiquement être déçu de sa cinquième place, alors que son programme avait débuté par un magistral quadruple boucle. Il trébuche cependant à la réception du quadruple Salchow et voit sa tentative de combinaison invalidée, d’où une perte de points très importante par rapport à ses concurrents, même s’il se reprend avec le triple Axel. Sa chorégraphie sur « Let’s go crazy » de Prince soulève l’enthousiasme d’un public acquis à sa cause, et l’ancien champion du monde et champion olympique en titre aura à coeur de remonter au classement sur le libre.

 

 

Nathan Chen abordait la compétition avec le statut d’outsider à suivre, sur la lancée du titre national américain et d’une victoire au championnat des Quatre Continents. Il a une nouvelle fois montré une impression de facilité sur les sauts, avec une combinaison quadruple Lutz-triple boucle piquée et un quadruple flip. Une chute inattendue sur le triple Axel l’empêche de figurer sur le podium provisoire, et il n’aura pas droit à l’erreur sur le programme libre où il doit à priori réaliser (au moins) cinq quadruples. En retrait sur le plan expressif et dans l’appropriation d’une chorégraphie, Nathan Chen a encore une très grande marge de progression même s’il peut déjà faire la différence sur la note technique.

 

 

Troisième des championnats d’Europe, Mikhail Kolyada a réussi un excellent programme, bien qu’un peu terne dans l’interprétation. Il réussit l’essentiel avec une combinaison quadruple-triple parfaitement maîtrisée, et peut toujours envisager faire aussi bien que la quatrième place obtenue en 2016.

 

 

 

Jason Brown savait qu’il n’avait pas droit à l’erreur sur le court. Perturbé par des blessures au cours de la saison, il a choisi de ne pas tenter de quadruple mais réalise un triple Axel, une combinaison triple flip-triple boucle piquée et un triple Lutz sans le moindre accroc. Il est forcément nettement devancé sur la note technique mais il est proche des tous meilleurs sur les composantes, avec une remarquable qualité de glisse et une personnalité qui s’exprime à chaque instant sur la glace. Jason devra faire face au même défi sur le programme libre, où il n’a prévu qu’un seul quadruple, pour se rapprocher du podium. L’ obtention d’un troisième quota olympique pour les Etats-Unis est aussi un enjeu incertain.

 

 

Denis Ten prend la neuvième place , après avoir réussi un quadruple boucle piquée, une combinaison triple Lutz-triple boucle piquée et un triple Axel même si les réceptions manquent de fluidité. Médaillé mondial en 2013 et en 2015, il reste pour l’instant à distance du podium et son programme a semblé trop souvent effacé dans sa chorégraphie.

 

 

Maxim Kovtun est toujours très irrégulier dans ses performances : après une médaille d’argent aux Euros d’Ostrava qui a représenté un retour en forme, il prend une dixième place en demie-teinte après avoir chuté sur sa tentative de quadruple boucle piquée. Il avait cependant réussi auparavant une combinaison quadruple Salchow-triple boucle piquée et se reprend ensuite sur le triple Axel.

Alexei Bychenko, onzième, réussit un programme solide avec un quadruple boucle piquée, mais il est sanctionné sur la note de composantes. Kevin Reynolds, pour son retour aux Mondiaux (sa dernière participation remontait à 2014), prend une douzième place satisfaisante en ayant réussi deux quadruples, même si lui-aussi reste en retrait sur le plan artistique. Brendan Kerry, treizième, obtient le meilleur résultat de sa carrière, devant Deniss Vasiljevs, plus jeune patineur de la catégorie.

Michal Brezina est désormais loin de son meilleur niveau et un programme sans quadruple, avec une erreur à la réception du triple Lutz, le place en quinzième position, devant Misha Ge, qui n’a pas démérité alors qu’il est proche de sa fin de carrière.

 

 

Chafik Besseghier s’empare de la dix-septième place, avec un programme relativement satisfaisant même s’il peut regretter le remplacement du triple prévu de sa combinaison initiale par un double boucle piquée, après qu’il pouvait éventuellement prendre un risque supplémentaire à la sortie du quadruple boucle piquée. Il enchaîne avec le triple Axel, puis le triple Lutz, et a su rester concentré jusqu’au bout. Une remontée parmi les quinze premiers du classement du libre peut être un objectif, et un quota olympique pour la France est également envisageable. Il devance Alexander Majorov, qui a bénéficié de l’enthousiasme du public grâce à son interprétation de musiques folkloriques.

Le niveau d’ensemble de ce court messieurs a été très élevé, avec une barrière de qualification pour le libre (les 24 premiers) très exigeante.

 

 

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *