Mondiaux 2017 : Medvedeva vers un second titre, les Canadiennes en embuscade

 

Très attendue, Evgenia Medvedeva n’a pas faibli et creuse l’écart sur ses poursuivantes avant le programme libre. Kaetlyn Osmond prend une remarquable deuxième place récompensant la meilleure prestation de sa carrière, devant sa compatriote Gabrielle Daleman, elle-aussi en nette progression. Les deux patineuses canadiennes tenteront de consolider une place sur le podium vendredi, mais Anna Pogorilaya, 4ème et les patineuses américaines (Karen Chen 5ème, Ashley Wagner 7ème), auront pour ambition de remonter au classement. Troisième patineuse russe, Maria Sotskova, 6ème, est aussi en embuscade alors que Carolina Kostner , pour son retour,  doit se contenter de la huitième place. Laurine Lecavelier, après une chute sur sa combinaison de sauts, prend la vingt-deuxième place.

 

Les compétitions s’enchaînent et Evgenia Medvedeva a encore une fois été irréprochable sur ce programme court. Le placement des sauts en seconde moitié de programme est toujours une prise de risque mais elle réussit sans la moindre hésitation sa combinaison triple flip-triple boucle piquée, le triple boucle et le double Axel. Certes, son patinage manque parfois de personnalité, de présence, et la répartition des éléments pour obtenir un maximum de points peut sembler forcée, mais Medvedeva s’efforce d’apporter davantage de nuances, de finesse dans sa gestuelle. Très concentrée sur sa performance, elle sait aussi que rien n’est acquis même si elle a remporté toutes ses compétitions cette saison, et elle va aborder son programme libre avec beaucoup de rigueur et d’exigence, avec peut-être une seconde médaille d’or mondiale au bout.

 

Kaetlyn Osmond a souvent brillé sur son programme court depuis l’automne, mais réaliser une prestation de référence lors d’une compétition majeure n’est jamais évident et la patineuse canadienne a su faire face aux enjeux, avec un programme plein d’enthousiasme et convaincant dans sa construction. Sa combinaison triple flip-triple boucle piquée est impressionnante de facilité, et elle réussit également le triple Lutz puis le double Axel. Quatrième à la finale du Grand Prix en décembre, elle avait échoué à figurer sur le podium à cause d’un programme court plus fébrile, et elle devra cette fois-ci enchaîner avec un programme du même niveau pour espérer obtenir une première médaille mondiale.

 

Gabrielle Daleman est une patineuse bien plus confiante que les années précédentes, et son patinage a gagné en nuances et sur la qualité de glisse. Elle n’a également rien perdu de son aisance athlétique sur les sauts en débutant avec une combinaison triple boucle piquée-triple boucle piquée particulièrement ample. Elle réalise ensuite le triple Lutz et le double Axel sans faiblir, et montre qu’elle figure désormais au plus haut niveau international alors qu’elle n’avait pris que la neuvième place des Mondiaux 2016. Comme Osmond, Daleman aura beaucoup à prouver sur le libre avec pour objectif le meilleur résultat de sa carrière. Les patineuses canadiennes auront aussi la perspective d’obtenir un troisième quota olympique pour leur pays.

 

Anna Pogorilaya est maintenant une valeur sûre du patinage mondial et elle a été très régulière sur l’ensemble de la saison. Quatrième sur ce programme court, elle conserve ses espoirs de médaille en réussissant d’entrée une difficile combinaison triple Lutz-triple boucle piquée. Si la réception du triple boucle est plus fébrile, elle enchaîne sans difficulté avec le double Axel et son interprétation met en valeur l’expressivité d’une gestuelle, même si elle a déjà patiné avec plus d’intensité dans la performance.

 

Récente championne des Etats-Unis, Karen Chen était passée à côté du championnat des Quatre Continents où elle n’avait pris que la douzième place. Elle a retrouvé son meilleur niveau pour sa première participation aux Mondiaux et patinera donc parmi le dernier groupe lors du programme libre. Son programme a été irréprochable sur le plan technique avec une combinaison triple Lutz-triple boucle piquée, un un triple boucle et un double Axel, et son patinage brille par sa légèreté même si l’interprétation est encore très juvénile.

 

Maria Sotskova découvre également les Mondiaux au niveau senior (après une médaille d’argent aux Mondiaux Junior l’an passé), et sa sixième place est un résultat remarquable. Sotskova n’a pas faibli sur les sauts en réalisant une combinaison triple Lutz-triple boucle piquée, un triple flip et un double Axel et elle confirme au très haut niveau après une légère déception aux championnats d’Europe, même si elle-aussi doit davantage s’affirmer sur la glace.

 

Ashley Wagner, deuxième des Mondiaux 2016, espère faire aussi bien cette saison et la septième place provisoire est en conséquence frustrante. Après avoir connu des phases de doute lors des derniers mois, elle a montré cependant qu’elle restait toujours compétitive avec une combinaison triple flip-triple boucle piquée, un triple boucle et le double Axel, mais ses éléments manquaient d’envergure dans leur réalisation et son programme semble moins vif que celui de l’an passé. Son classement permet pour l’instant aux Etats-Unis d’obtenir un troisième quota olympique, à condition que les patineuses américaines ne soient pas fébriles sur le libre.

 

Sur la lancée de sa troisième place aux Euros en janvier, Carolina Kostner pouvait envisager la perspective d’un nouveau podium mondial, mais elle n’avait pas droit à l’erreur et devait patiner tôt dans la journée. Si la combinaison triple boucle piquée-triple boucle piquée est limpide, elle réceptionne le triple flip en léger déséquilibre et le double Axel est également fébrile bien que tenu. Ces erreurs ne sont pas décisives mais une erreur dans la réalisation d’une pirouette en fin de programme lui coûte beaucoup de points et Carolina ne prend que la huitième place, malgré un programme ambitieux dans son style et son attention aux changements de rythme. Ses qualités artistiques et sa maturité peuvent lui permettre de remonter au classement sur le libre, mais six points la séparent de la troisième place de Daleman et la marche apparait trop élevée.

 

Sans Satoko Miyahara blessée, le patinage féminin japonais valorise une jeunesse inexpérimentée mais ambitieuse. Wakaba Higuchi a réussi un très beau programme avec les deux éléments-sauts les plus exigeants (combinaison triple Lutz-triple boucle piquée, triple flip) à la fin de sa performance. Rika Hongo prend une douzième place relativement honorable après une saison difficile, alors que Mai Mihara, vainqueur du championnat des Quatre Continents le mois dernier, ne prend que la quinzième place après une malheureuse chute sur une tentative de flip transformée en double dans les toutes dernières secondes de son programme.

 

Elizabet Tursynbaeva est encore très jeune mais elle enchaîne une seconde participation aux Mondiaux et peut espérer améliorer sa douzième place de l’an passé. Elle est dixième sur ce programme court après une performance technique relativement solide. Elle devance Da-Bin Choi, qui a montré l’étendue de ses progrès cette saison avec un programme abouti, même si sa réception du triple flip est plus approximative.

Troisième patineuse américaine,  Mariah Bell prend la treizième place malgré une combinaison triple-triple en sous-rotation. Ivett Toth, récemment huitième aux Euros, s’empare d’une quatorzième place très encourageante alors qu’elle n’avait pas passé le cut du programme libre lors des deux saisons précédentes.

Les deux patineuses chinoises, Xiangning Li et Zijun Li sont respectivement seizième et vingtième. Les dernières places qualificatives pour le programme libre sont notamment acquises par des patineuses européennes (Loena Hendrickx dix-septième, Nicole Rajicova dix-huitième, Angelina Kuchvalska vingt-deuxième, Anastasia Galustyan vingt-troisième, Nicole Schott ving-quatrième. L’ Australienne Kailani Craine s’intercale en dix-neuvième position, avec une prestation très dynamique.

 

Laurine Lecavalier, cinquième des Euros à Ostrava, pouvait aborder les Mondiaux avec ambition. Si l’essentiel est assuré avec une qualification pour le libre (elle avait pris la trente-et-unième place en 2016), elle a commis une erreur majeure sur sa combinaison de sauts : le triple Lutz est réceptionné avec un déséquilibre, et le triple boucle piquée qui suit est chuté avec une rotation incomplète. Laurine a su cependant se ressaisir après cette désillusion et la composition de son programme est toujours aussi aboutie dans son expressivité et ses nuances. Les écarts étant peu importants, elle peut espérer mieux figurer au classement sur le libre même si sa condition physique n’est pas la même qu’aux Euros. Avec son résultat actuel, l’obtention d’un quota olympique pour la France n’est pas assurée mais il faut rappeler qu’une compétition de préparation à l’automne prochain pourra permettre d’acquérir un des quotas restants.

 

 

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *