Euros 2017 : Javier Fernandez en route pour un 5ème titre

 

Prenez le podium de l’année dernière, secouez un peu, et vous avez les résultats du programme court : Javier Fernandez s’impose facilement devant Maxim Kovtun et Alexei Bychenko.

 

      
Javier Fernandez n’a pas craqué sur le programme court ; il enchaîne toutes ses grosses difficultés avec une certaine aisance : combinaison quadruple-triple, quadruple Salchow magnifique et triple Axel avec sa prise d’élan difficile habituelle. Sans vraiment de concurrence hormis lui-même, il prend le large avec 104,25 points, soit déjà quasiment 10 points d’avance sur ses poursuivants. Le thème de Malaguena est toujours très bien ressenti, sur une chorégraphie très poussée, mais la nouveauté ne joue plus, c’est déjà son programme depuis 2 ans.

 

   

Maxim Kovtun nous a démontré par le passé qu’il pouvait être inconstant dans sa technique… mais pas aujourd’hui ! Il propose lui aussi un programme avec deux quadruples et un triple Axel. Grâce à une pirouette plus compliquée que Javier, il a même la note technique de base la plus élevée. L’exécution reste un peu en dessous, mais cela reste du très bon niveau ! Avec le côté humoristique en plus : Maxime commence son programme en faisant du stop et en ratant deux voitures, la suite est dans la même veine. Bien joué ! Avec 94, 53 points, sa place sur le podium semble assurée, s’il ne simplifie pas ses éléments du libre.

 

 
86,68 points pour Alexeï Bychenko, c’est déjà très fort pour le vice-champion d’Europe en titre. Programme très propre et enlevé sur une musique rythmée, ses sauts sont toujours aussi léger et aérien quand ils passent. Tous les juges n’ont pas été de cet avis, son quadruple, tellement facile qu’il semble être un triple, a reçu des notes d’exécution négative par 2 juges.

 

 
Encore une fois, Mikhail Kolyada aura raté un saut dans son programme court, il semble toujours à la recherche du sans faute cette saison. Aujourd’hui, après une très belle combinaison quadruple-triple, c’est l’Axel qui n’a pas été déclenché. Avec 83,96 points, le podium est encore jouable s’il patine à son niveau demain.

 
Dans le reste du classement, une des deux déceptions du jour vient de Michal Brezina. Seulement 8eme avec 78,61 points, il a assuré le contenu technique de son programme en ne présentant pas le quadruple Salchow, mais ‘seulement’ triple flip-triple boucle piqué, triple Lutz et triple Axel. Pas de chance, l’Axel est chuté. Vraiment dommage, il est d’habitude très sûr. Il aura à cœur de mieux patiner devant son public dans le libre.

 

 
Vu son potentiel technique, l’Israélien Daniel Samohin était un prétendant sérieux aux meilleures places, voir au podium. Mais il passe complètement à côté de son programme, ne tournant le quadruple qu’en triple, et ne déclenchant ni le quadruple Salchow ni l’Axel. Il termine 30eme et n’est pas qualifié pour le libre !Très frustrant, d’autant que la raison derrière cet échec est banale : sa valise avec ses patins… n’est jamais arrivée à Ostrava. Il a dû s’entraîner avec des patins et des lames neufs, jusqu’à ce que son frère lui apporte ses propres patins en catastrophe. Même taille, même modèle, mais forcément, dans ces conditions, réussir ses sauts aurait tenu du miracle.
Selon Alexeï Bychenko qui l’a cotoyé aux entraînements : ‘avec les patins neufs, c’était catastrophique, Daniel ne pouvait même pas faire des crossrolls convenables. Avec les patins de son frère, c’était beaucoup mieux, mais très en deçà de son niveau. C’est rageant, il est tellement doué ! A sa place, je serai peut-être rentré chez moi, mais il s’est battu et a essayé. Cette compétition était censée être qualificative pour les Mondiaux, mais je ne sais pas ce qui va se passer maintenant, Daniel n’a pas pu défendre ses chances. En tout cas, j’espère que celui qui ira à Helsinki récoltera deux places pour les JO, je préfère nettement aller en compétition avec lui que tout seul, je l’apprécie beaucoup‘.

 
Côté français, Chafik Besseghier est 11eme avec 76,19 points; pour la première fois en compétition il passe deux quadruples dans le programme court. Le Salchow est sur deux pieds et avec la main, mais il ne méritait peut-être pas des -3… comme le triple Axel qui peine à recevoir des notes d’exécution positives. Chafik perd aussi des points sur une pirouette, et la suite de pas n’est que de niveau 2. Ce programme restera toutefois comme un repère important pour lui pour la suite de la saison.

 
Kevin Aymoz est juste derrière, à la 13eme place, avec 71,26 points. Une seule petite erreur sur la combinaison triple Salchow-triple boucle piqué, le Salchow est retourné. Mais le triple Axel, pris dès l’entrée de programme après deux croisés et une fente Ina Bauer (coucou Nelson !) est solide. Gros point positif également, tous ses éléments non-saut sont de niveau 4.

 


Kevin
Je suis content de mon programme ! Cette compétition est un bonus pour moi, elle n’était pas du tout prévue dans ma saison. Je venais pour prendre du plaisir avant tout, mais quand je suis arrivé dans la patinoire, j’ai paniqué ! Elle est vraiment imposante. Ce n’est que ce matin après l’entraînement que la panique est partie, j’avais envie de monter sur la glace pour la compétition. J’ai regardé Vanessa et Morgan hier soir, et je me suis dit que si eux avaient pris autant de plaisir à patiner, pourquoi pas moi ! Et c’est que j’ai réussi à faire tout à l’heure.
Le triple Axel est bien passé, et sur la combinaison, je sais l’erreur que j’ai faite. Je suis parti un peu trop vite sur le Salchow, je n’ai pas assez retenu mon départ, j’étais un peu trop extérieur. Et sur le Lutz, c’était la pression qui revenait, tout était passé et j’ai commencé à cogiter en me disant qu’il restait le Lutz !
J’avais quand même un peu de pression pour le court, je voulais passé le cut. La fédération m’a donné la chance de participer à cette compétition, je voulais bien faire. Pour le libre, je n’ai pas d’objectif de place ; mon but personnel est de faire les points qualificatifs pour les monde senior, même si je sais que Chafik mérite plus que moi d’y aller, il a rempli tous les critères. Je veux juste montrer que j’ai le niveau pour !
Mon programme court sur ‘Hallelujah’, ça fait plusieurs années que je le patine maintenant, en septembre je n’en pouvais plus ! Avec Katia Krier, on a décidé de le changer après ces championnats. J’ai déjà repéré plusieurs musiques, Katia choisira celle qui selon elle me convient le mieux. En tout cas le style est complètement différent ! On ne peut pas tout changer en si peu de temps, on devrait garder la structure actuelle du programme.

 


Chafik
Je suis satisfait de mon programme, c’est la première fois que je passe deux quadruples dans un court. Ce n’est pas simple du tout à gérer, il faut assumer psychologiquement, ça demande beaucoup d’efforts. Dommage, je perds beaucoup de points sur la pirouette, et sur le pas qui n’est que de niveau 2. C’est peut-être le prix à payer pour l’instant pour placer un programme technique de cette ampleur, je travaille chaque année pour en augmenter la difficulté, mais c’est ce qu’il faut faire si on veut titiller les meilleurs. Pour le programme libre, je prévois trois quadruples, on ne doit être que deux avec Javier Fernandez à proposer un tel contenu, mon but est de patiner propre.
Pour ce qui est des championnats de France… c’est vraiment dommage qu’en France on ne soutienne pas les athlètes, ceux qui vont chercher les difficultés. Avec trois quadruples, on ne peut pas aussi faire un programme léché au niveau artistique, la technique demande tellement de ressources au niveau concentration. J’y travaille, rassurez-vous, mais c’est beaucoup de boulot !
Après oui, j’aurai pu faire un ou plusieurs quadruples en moins pour faire un programme plus artistique, j’en suis capable, mais ce n’est pas la direction que prend notre sport actuellement. Regardez Nathan Chen, il peut faire de très jolis programmes, mais là avec cinq quadruples c’est la technique qui prime.
Après, je n’ai absolument rien contre Kevin, c’est un très beau patineur, mais quand le contenu est plus simple, on peut plus s’ouvrir vers le public. C’est dommage, les championnats nationaux généralement c’est une grande fête avec des notes qui montent, mais pas en France. Et bizarrement, à l’international les composantes montent, et je suis le meilleur français. C’est frustrant, mais bon ça m’a mis un coup aux fesses. Et j’ai eu beaucoup d’appel, y compris de patineurs étrangers, qui m’ont dit qu’ils ne comprenaient pas et qu’ils me soutenaient.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *