Euros 2017 : réactions à chaud après la danse courte

 

Anna Cappellini / Luca Lanotte :
On est très content de notre performance. Surtout qu’en Grand Prix, on n’a jamais pu patiner notre danse courte aussi bien qu’on l’aurait voulu. Par contre, on aurait voulu pouvoir la patiner avec encore plus d’implication, mais la patinoire ici est un peu petite, du coup on a surtout fait attention a corriger nos courbes pour ne pas trop se rapprocher des barrières. Pour la prochaine fois, notre but serait de patiner avec encore plus de fluidité, on était un peu sur la retenue.

Ekaterina Bobrova / Dmitri Soloviev :
On est également satisfait de notre compétition aujourd’hui, comme pour Anna et Luca tout s’est bien passé. Reste à bien patiner également dans le libre !
Dmitri : le blues, pour être honnête, je n’aimais pas du tout l’idée au début. Mais quand on s’y est mis, et que Gregory Petukov nous a monté la chorégraphie, j’ai commencé à apprécier la danse. Ekaterina, elle, aimait beaucoup !

Gabriella/Guillaume :
On est très content de notre danse, il y a eu quelques erreurs mais dans l’ensemble on est satisfait, c’est une danse qui progresse.
L’idée de changer de costume, c’est pour apporter un peu de nouveauté au programme, pour se renouveler un peu et se faire plaisir. La robe, c’est plus une idée de Gabriella, et c’est notre couturière de toujours qui nous a fait les costumes.

Passion-patinage : la danse courte cette saison est très disputée, le vainqueur change de compétition en compétition ; dans ce contexte, malgré la préparation pour ces championnats, avez-vous regarder les championnats canadiens et américains ?
Anna / Luca : C’est vrai qu’en danse et sur la danse courte en particulier, les résultats se jouent très souvent au niveau des détails. On ne comprend pas toujours les résultats, il est parfois dur de savoir quel score on va faire ! On ne passe pas des nuits blanches à essayer de comprendre les keypoints (points que valident les juges sur la partie imposée de la danse courte), mais presque ! Ceci dit, on connait les résultats des championnats nord-américains, mais on n’a pas regardé les programmes.
Ekaterina/Dmitri : On était en pleine préparation pour Ostrava, on a su les résultats et ça nous suffit.
Gabriella/Guillaume : à peu près la même réponse, on n’a pas suivi les compétitions de près, même si on connait les podiums. Et ce n’est pas toujours bon de comparer des compétitions différentes. On reste avant tout concentrés sur nos programmes.

 

 

Marie-Jade / Romain :
On est ravi d’être là, ce sont nos premiers championnats d’Europe. On a pris beaucoup de plaisir à patiner, et on empoche notre meilleur score de la saison. Ca fait longtemps qu’on voulait dépasser les 60 points, mais il y avait toujours un petit détail qui clochait, maintenant c’est chose faite !
Stressés ? Bizarrement, non pas plus que ça. C’est sûrement dû au fait qu’on s’est bien préparés sur les Grand Prix. C’est assez imposant d’être là, on vient chercher de l’expérience. C’est surtout la saison prochaine qui serait primordiale, avec les JO !
Sur le porté, d’habitude on ne fait aucune erreur, là je ne sais pas, il y a eu un petit temps d’attente, c’est peut-être les jambes de Marie-Jade, on ne sait pas trop. On a rajouté la partie où Marie-Jade repart pour faire un tour en l’air à la fin, c’est une idée de Romain pour donner plus d’énergie à la sortie.
Cette danse courte, ce n’est pas deux parties distinctes, mais plutôt un état d’esprit qui évolue. Sur le blues, on danse plus pour nous, alors que sur le swing, on est souvent parallèles, plus ouvert, on cherche à se projeter vers le public. On reste concentré pour le libre bien sûr, mais on a 2 mois avant les championnats du monde, on sait déjà quelles parties on va déconstruire/reconstruire en prévision des mondiaux. Les juges nous ont donné quelques retours, on va chercher à optimiser encore et toujours le programme ! Et 2 mois c’est long, on va peut-être couper carrément et retravailler les bases du patinage. Souvent le programme mûrit par lui-même, et quand on le reprend on est dans une autre émotion.
Et on pense déjà à la rhumba l’année prochaine ! Pour le prochain libre, on écoute toujours des musiques, on les met de côté quand elles nous plaisent. On fera sûrement le point après les Mondes avec nos entraîneurs, mais on pense qu’on sera dans une autre énergie, quelque chose de plus positif, avec plus d’entrain que notre libre actuel, ‘Sorry seems to be the hardest world’ est très lyrique, on a envie d’explorer d’autres horizons.

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *